Partagez | .
 

 Ips (OS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuulti : 1403
Age : 352
Localisation : DTC!!

Feuille de personnage
Puissance:
75/100  (75/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandora Berger
MessageSujet: Ips (OS)   Mar 16 Déc - 6:12

     
She's not bad, she's not evil
She's a sharp of glass in our world
And sharps of glass hurt, shall I say
Oh how much I remember this fay...

Une petite prière sur une tombe écarlate.
Une tombe anonyme, ne lui appartenant même pas.

C'est fou comme un sourire, une sensation, peuvent vous manquer. Sa chair sous sa peau, le plaisir d'y enfoncer ses ongles. De la sentir, là, vivre sous vos mains, sous vos yeux. De la voir bouger, si belle dans sa folie. Et quelqu'un vous manque.
Tombant à genoux, aux trois quart ivre, devant cette sépulture où je m'étale, je la revois danser au gré de ses émotions, influencée par ses pensées imbéciles. Et je la revois agir stupidement, avec son beau, si beau visage.
Et je tends la main pour l'agripper... Quelle honte ! Combien de fois encore devrais-je me rabaisser à cela ? Devrais-je me rabaisser à l'aimer ?
Et dans la noirceur des ténèbres m'apparait la vérité vraie. Ce n'est pas la fille que j'aimais, c'était ce rôle que j'adulais. Être celle qui, trahie, se cache dans son ombre. Donner, généreusement, sans jamais rien espérer en retour qu'un coup de poignard. Courir après une imbécile pour paraître sensée.
Quelle horreur.

M'étais-je réellement abaissé à cela ? Avais-je tendu la main uniquement pour me la faire mordre ? Que c'était cruel ! Moi qui me targuais d'être intelligente, voilà que je regrettais...
Mais sa chaleur. La douceur de son étreinte, la moiteur même, écœurante, de son être. Ces heures de confiance absolue qui s'envolaient désormais, s’émiettaient comme les plus sales des souvenirs. J'aimais chacune de ces petites choses détestables chez elle, j'aimais l'inssuportable. Et rien au monde n'aurait pu me faire plus plaisir que de continuer cette danse macabre, les yeux fermés.
Mais les ouvrant, soudain m'est apparue ma fierté brisée. Et déchainant tous les ouragans du monde dans mon sillage, j'ai crée l'inévitable fossé. Et maintenant ? Etais-je tombée trop bas pour oser un jour lui pardonner ?

- Iseult, salope.

A la tienne, conasse.
Une gorgée de vin, une gorgée de sang. J'alterne, parfois. Une victime ? Plus là. Disparue. En courant.
Ah elle est belle, ma chasse !
Elle est belle, la Zunette !
Totalement effondrée sur une tombe alors que cette dernière n'est même- pas- encore- morte.
Quelle honte.

Et j'adore ça, toucher le fond. Et me lamenter sur mon sort m'occupe. Et peut-être suis-je même plus tordue qu'elle, et peut-être chercherais-je juste quelque chose pour me distraire le temps que... Que...
Un hoquet, une nausée. Trop d'alcool, impossible à digérer. Tant pis, je m'en fiche. Je peux bien me vomir dessus, je n'ai pas encore touché le fond.

Et tout cela s'efface.
Ces regards complices et ces temps passés ensembles. Ces heures à la sentir contre moi, et ces moments où je croyais avoir récupéré ce que j'avais perdu.
Ces instants inoubliables où elle me servait de miroir, ces quelques secondes écoulées dans une éternité de solitude.
Car je suis seule.

Qui serait aussi tordu que moi ? Même Oni à ses limites. J'ai besoin d'une sœur, j'ai besoin d'une Izzy insensée. J'ai besoin d'une amie sans âme.
Une précieuse... amie sans âme.

Mais ce reflet que j'adulais ne me servait à rien. Soyons réalistes... Autant rapporter directement un miroir. A quoi vous sert quelqu'un qui copie tous vos faits et gestes ? Je voulais cette personne me ressemblant, pas une vulgaire copieuse.

A la tienne, Iseult. Iseult connasse.

There are nights I can't forget
There are days when I'm awake
There is this love, there is this hate
Her presence is burnt in my flesh

Je tousse, je me dégueule dessus. Et parmi l'odeur âpre de ce mélange de sang et d'alcool, je crois la voir en face de moi. Je me relève, je trébuche. Je chiale, même. Attends, reviens ! Tu n'as pas encore tout vu ! Tu veux du spectacle, hein ?
Oh ne me fait pas croire que tu me fais la gueule ! J'ai essayé de te tuer... Mais t'as bien réussir à m'avoir ! Alors regarde-moi dans les yeux, vois-moi chuter plus profondément que tu ne pourras jamais tomber. Jalouse comme je suis misérable tant que tu le peux encore ! Regarde, je suis tout ce que tu as toujours voulu être !
Une fille avec le cœur brisé.

Alors, je ris. Et le cimetière résonne de mon rire. Et je la vois disparaitre, mirage de nuages au fin fond de ma solitude. Mes crocs grinces, je me relêve. Je retombe. Comme si une force... Me forçait à retomber.
Et je pleure.

Parce que je suis incapable de faire autre chose. Me lamentant sur mon sort comme la dernière des imbéciles, je m'assois sur la tombe et je rigole encore.
Et je vois défiler devant mes yeux des souvenirs hasardeux sur lesquels je trace un trait. Et ce jeu que nous jouions... A laquelle serait la plus à plaindre.
Ton absence me fait gagner d'office... Et ça me fait un bien fou de gagner.

Et toute cette haine que je ne peux calmer, qui brûle dans mon crâne, qui grouille dans ma poitrine. Des sensations idiotes, des sensations de lesbiennes. Des pulsions que je croyais avoir calmées.
J'ai besoin d'un cul rebondi et d'une bonne paire de nichons.

Il me faut une femme. Une esclave, une belle esclave. Ou une Lycanthrope, n'importe quoï pour calmer ce brasier dans mon torse. Cela m'étouffe.
Ah, la sensation de ses cuisses sous mes doigts.

J'aimerais y planter mes crocs.
J'ai été stupide.
J'aurais dû l'entrainer au pieu quand je le pouvais.
J'ai laissé passer ma chance, me suis cantonnée à ces belles allumades stupides... Et voilà où j'en suis !
Idiote, idiote, idiote !

Iseult, j'aurais dû te baiser quand je le pouvais encore.

Debout pour de bon cette fois-ci, j'avance, je titube. Quelqu'une, surement, saura remplacer un si beau visage. Ça brûle, c'est atroce. C'est dégueulasse.
Je croyais avoir tiré un trait là-dessus depuis l'autre donzelle...
Puis ça revient. Ça revient toujours. A cause d'Izzy, ça. On ne peut pas naître siamoises sans vouloir expérimenter quelques...

Un beau visage. Il me faut un beau visage en détresse. Des yeux d'une couleur que je n'oublierais pas. Il me faut des yeux brillants et une bouche rebondie. Il me faut une peau si belle qu'elle semble bien translucide. Il me faut un regard sincère.
Puis je la tuerais et m'occuperais de son cas.

Enfin calmée, cela repartira. J'oublierais bien vite tout ça. Toute cette malencontreuse histoire. Idiote !

Il me faut un cadavre. Un cadavre frais.




I've done some things in my life
You may think I'm crazy
A little different from the rest...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ips (OS)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ajasuu :: Jungle de la Terre :: Cimetière-