Partagez | .
 

 Camp de Survivants (Open)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuulti : 422
Age : 353
Localisation : Camp des survivants, jungle de la terre

Feuille de personnage
Puissance:
78/100  (78/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandore Berger
MessageSujet: Camp de Survivants (Open)   Dim 23 Oct - 9:46

     L'hiver arrivait et il promettait d'être froid. C'est pour cela que s'étaient organisés des équipes de travail de manière à construire des petites maisonnettes, cabanes de bois, un petit village, enfin, qui devait permettre à la population de passer le froid. Pour ma part, je mettais également la main à la tâche, travaillant de nuit comme une partie des créatures dont la peau trop fine ou son absence ne leur permettait pas d'affronter les lourds rayons du soleil. Nous avions eu du mal à nous faire accepter ici, moi et Mistigri, mais un bon discours est le remède à tout et après avoir montré patte blanche, je m'étais grandement employé à réparer les cobayes que moi et mes anciens collègues avions laissés en mauvais état. Il s'agissait de soigner ceux qui pouvaient l'être, de greffer des membres s'il en fallait ou la nourriture appropriée. Pour ceux dont j'avais étudié le projet, il m'était facile de leur expliquer comment ils fonctionnaient. Des informations basiques, mais qu'ils n'avaient pas reçus lorsque le laboratoire effondré, ils avaient dû survivre par eux-mêmes.
La culpabilité m'avait assez rongé au cours de ces années pour me laisser un peu de répit. De plus, je m'occupais l'esprit constamment. Il n'y avait pas que les soucis matériels qu'il fallait traiter, mais aussi le plan d'attaque. Des Traqueurs commençaient à sillonner le continent, nous n'avions pas tellement de temps avant de passer à la phase d'attaque.

Détruire les laboratoires. Éliminer leurs scientifiques. Me venger de la vie qui m'avait été volée durant si longtemps. Venger le bain de sang constant par un massacre final. Tant pis pour le mur de mensonges dans lequel je m'étais réfugiée, tant pis, même, pour l'équilibre des races, leur sécurité génétique ! Tout cela n'importait plus du tout. J'allais faire le ménage avant de retourner là où je devais me trouver.

La plupart des cobayes n'avaient rien d'extraordinaire. Une partie étaient sévèrement traumatisés et je ne pouvais décemment les envoyer au combat tels quels. Catatoniques ou perdus dans une autre réalité, il aurait fallu plusieurs années supplémentaires pour en faire des combattants. Il y avait bien une solution, mais... Je m'étais promis de la laisser en dehors de cela. Il fallait donc les compter en moins.
Pour le reste, il y avait des faibles. Peau ou membres arrachés, peu viables, mutilés, certains dont les yeux avaient étés amputés pour tel ou tel test... Ces derniers se feraient tués sur le coup mais je ne pouvais me permettre de les mettre de côté. Il fallait seulement que je leur trouve un rôle.
Ensuite venait ceux qui semblaient les plus normaux. Cobayes ayant été réduis à ce statut pour avoir trahi les entités, ou créatures étant nés dans le laboratoire avec un ADN proche de nous autres, ils constituaient le principal de mes ressources. Hormis leur apparences, parfois boursouflée ou même grotesque, ils sauraient, une fois tout ceci fini, se fondre à la population.
J'avais le droit à une élite. Quelques expériences extrêmement rapides ou extrêmement puissantes. Des savants mélanges de races ou, au contraire, l'apothéose d'une seule. Il n'y en avait qu'une dizaine sur la centaine d'expériences présents dans le camp. Il n'y avait pas qu'eux: des esclaves, aussi, craignant les rebelles. Ils avaient fini par accepter de se joindre au combat. Je leur en était reconnaissante mais ils restaient assez faibles.

La première idée avait été de les former au combat. Deux ou trois astuces, des conseils que je pouvais me permettre de dispenser. Moi-même n'était pas une guerrière aguerrie, j'avais fini par laisser la direction des choses à Frozen. Mais il y avait bien trop à faire et nous étions débordés car, dans ma liste, j'avais beau compter les enfants et envoyer les plus puissants au combat, il fallait également leur accorder un traitement spécial à l'heure actuelle !
Les têtes blondes, bleues ou qu'importe la couleur, couraient et jouaient dans nos pieds. Il n'y avait aucun moyen de les contrôler pour le moment et nous les laissions pousser comme de la mauvaise herbe. Ils n'étaient d'aucune utilité dans notre préparation et nous coûtaient des ressources. Pour ne pas attirer l'attention, j'avais cesser de prélever de l'argent dans le compte familiale aussi me retrouvais-je à courir la région pour récupérer un maximum de victuailles histoire que tout le monde survive à l'hiver. J'espérais tout de même pouvoir attaquer avant.

La nuit venait de tomber et je sortais de mon abri, un peu déboussolée. Les insomnies de ces dernières décennies commençaient à disparaître et je dormais bien trop, perdant des fois une nuitée entière à ne pas pouvoir me réveiller. Un peu nauséeuse aussi, je cherchais à me repérer dans ce qui m'entourait, tentant de me rappeler qui j'étais et ce que je faisais.
Une ombre se dessina à l'horizon, s'approchant. Plissant les yeux, je reconnaissais vaguement la personne. Appuyée au mur, je le laissais s'approcher, faisant signe à deux enfants près de moi de se tenir sur leurs gardes. Les plus grands, adolescents et même quelques adultes, devaient déjà être réunis dans la tente principale, rituel qu'ils avaient instaurés pour créer un esprit de groupe. Ceux qui pouvaient parler discutaient, riaient ou se chamaillaient. Les autres écoutaient seulement. C'était dans ces heures que Frozen donnait sa leçon et des matches amicaux se faisaient alors.




Behold the horrors
They lurk beneath the shadows of remorse
You wouldn't know of course
But I force a new judgment day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 789
Age : 24

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Camp de Survivants (Open)   Lun 24 Oct - 9:23

     
Deux jours de marche, ça restait assez éprouvant. Pas qu'il se fatiguait ou alors... Moralement. Rien à faire sinon parler à la demoiselle, l'observer, mater le paysage puis à nouveau la demoiselle. S'étirer, bailler, continuer à marcher. Mais c'était la nuit qu'il s'ennuyait le plus, car à ce moment-là, lui, ne pouvant pas vraiment dormir, se retrouvait aux prises avec ses souvenirs pour seule distraction. Il repensait alors à son passé, puis à celui, un peu plus flou, de ses vies précédentes. Contrairement à ce qu'il admettait régulièrement, il n'avait pas fait la paix avec elles. Lorsque le ciel était devenue violet et que les récits avaient afflués, il s'était d'abord senti extrêmement bien, comme s'il retrouvait des parties manquantes de lui-même. Il avait gagné en expérience et même en assurance. Son tempérament, auparavant étroit, s'était élongé au point qu'il se retrouve plus calme, plus agressif. Ses 'lui' d'autrefois avaient joués une part dans ses actions d'alors, l'épaulant comme personne ne l'avait épaulé jusqu'ici. Il avait pu voir sous d'autres jours certains de ses proches, qu'il avait également connu à l'époque.
Mais maintenant que l'action se mettait en pause, que le rideau tombait pour une entracte, il lui fallait faire face à tout cela. Deux vies supplémentaires, à endosser. La première dans la peau d'un déchu taré en quête de sang, la seconde dans celle d'un esclave éperdument amoureux de sa protégée. Un sale petit voleur des rues.
Bien trop d'histoires à raconter pour son jeune âge. De douleurs à ajouter à son spectre de sentiments déjà bien chargé de mal. Mais il ne pouvait faire marche arrière. Alors il fermait les yeux et tentait de revivre, dans sa tête, ces souvenirs étranges. Il ne les comprenait pas tout à fait, n'arrivait pas à justifier toutes ses actions. Il se rappelait avoir aimé et haït, mais maintenant, il ne comprenait pas pourquoi.

Il envia sa compagne de voyage, pour qui tout semblait plus simple. Une jeune femme, un peu perdue, elle aussi, qui se raccrochait à ce qui était venu en premier dans son crâne. Il pouvait facilement savoir pourquoi elle avait fait ça. Certaines images, de même, lui rappelaient qu'il avait déjà été poussé vers cette soif de sang et d'affrontement. C'était si facile, se remettre constamment en danger dans l'idée de justifier sa survie par sa puissance. 'Si je suis encore en vie, c'est car je suis fort.' L'environnement lui-même semble nous créer une raison pour laquelle l'on se trouve encore en vie, mais pourtant pas la moindre raison de vivre. On se noie dans le sang et dans la tuerie, s'enfonçant de plus en plus profondément dans ce sentiment de perdition. La raison s'annule dans un instinct rassurant de prédation. On oublie de souffrir, un temps, ou du moins on oublie que l'on souffre. Mais ce dont on fini par se rendre compte, c'est qu'avec chaque être tué, c'est soi-même qu'on a achevé. C'est rassurant, au fond, de se sentir le plus fort. De se leurrer dans l'idée que personne hormis nous-mêmes ne peut nous faire du mal. Après tout, qui pourrait s'il est si facile de les tuer ? Une sensation de perdre constamment prise avec ses propres peurs et de s'accrocher à chaque mort qui flatte l'égo tout en le détruisant. Tout cela pour au final s'abandonner, devenir l'animal, la bête, le mauvais et le fou. La créature dont les yeux luisent dans les ténèbres.
Et s'effrayer soi-même.

Il la laissa se réveiller et ils reprirent la route. En chemin, ils croisèrent du gibier qu'il la laissa attraper si elle avait faim. Lui ne mangeait pas, il ne mangeait même plus de son vivant. Une sombre histoire d'estomac bouffé par un lycan. C'est d'ailleurs, entre-autre, à cause de cela qu'il n'a aujourd'hui plus de corps dans lequel se mouvoir. Mais qu'importe, c'était amusant de pouvoir rester stoïque pendant que d'autres avaient faim.
La marche terminée, les deux jours écoulés, ils arrivèrent, s'enfonçant entre les arbres calcinés de la Jungle et l’atmosphère chargé de cendres assez irrespirable, à atteindre ce qui semblait, de loin, être un début de village. Quelques cabanes, beaucoup de tentes. Ce fut la vampire grise qu'il aperçu en premier. Un peu hésitant au début, il fini par presser le pas lorsque des gamins se mirent à leur tourner autour. L'un avait le visage à moitié fondu, le second des tentacules en guise de doigts et le troisième, s'il semblait le plus normal, n'avait vraiment pas l'air net. Fuyant presque les enfants, lui qui ne les aimait vraiment pas, il s'arrêta face à la vampire.
« Hééé... Salut. » Ce fut un peu gêné qu'il lui parla. Leurs rancœurs passées n'étaient pas totalement effacées. Il l'aurait préférée possédée. « Je suis venu avec une amie. » Enfin, comment la présenter mieux ? 'Une meurtrière en quête de combats' ? Il se retourna vers Elana. « Elana, voici... » Bonne question. Il devait vraiment donner son nom ? La vampire grise était plutôt connue dans le milieu scientifique.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 502
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Camp de Survivants (Open)   Dim 30 Oct - 16:45

     Les deux jours de voyages avaient été très longs, le manque d'activité était pesant et nos discussions était futile. Mon compagnon n'avait pas besoin de dormir mais moi si, n'ont fîmes donc de nombreuses pauses, je me demandais ce qu'il faisait lorsque je dormais mais cela n'avait pas grande importance.

Durant ces deux jours, j'eus amplement le temps de penser à ce que j'allais faire lorsque je rencontrerais enfin les "autres". Ma première pensée avait été de les combattre mais l'avertissement de Sin me rendait encore plus prudente que d'habitude. Il m'avait vu me battre et, même si je n'étais pas au maximum et qu'il n'avait pas vu mon atout, il pensait que ceux que nous allions voir était plus puissant que moi. D'un côté cela me donnait encore plus envie de les combattre et de l'autre cela refrénait mes pulsions, disons que je n'avais pas vraiment envie de mourir. Je me dis que j'aviserais le moment venu et qu'au pire je ne ferais que des combats amicaux...

Nous arrivâmes finalement dans la jungle. Les arbres étaient brûler et l'air semblait empli de cendres. J'aperçu au loin ce qui ressemblait à un campement, beaucoup de tentes pour peu de véritables cabanes. Nous pénétrâmes enfin à l'intérieur, je suivais Sin. Alors qu'il semblait hésitant, il accéléra soudain le pas. Je cherchais la raison de ce changement de démarche et avisais trois gamins qui semblaient nous tourner autour. L'un avait le visage à moitié fondu, le second des tentacules en guise de doigts et le troisième, s'il semblait le plus normal, n'avait vraiment pas l'air net. Je me rendit compte que j'avais quand même eu de la chance sur ce point, certes ils m'avaient utiliser comme un outil, certes ils m'avaient torturé mais j'avais gardé d'eux une remarquable beauté et d'incroyables capacités. Ce qui ne m'empêchait pas de les haïr, de toute façon, ils étaient tous morts. Les gamins n'avaient pas intérêt à tenter quelque chose sinon ils allaient amèrement le regretter.

Sin ce dirigea vers une femme grises aux cheveux noirs et aux yeux ambrés. Elle était grande et svelte, c'était une belle femme. Il me semblait que c'était une vampire. Sin s'adressa à elle et je sentis comme du malaise dans l'air.

- Hééé... Salut. Je suis venu avec une amie. Elana, voici... Dit-il avant de suspendre sa phrase.

Je penchais la tête sur le côté, pourquoi ne finissait-il pas sa phrase? Est-ce qu'elle voulait conserver son identité secrète? Ou y avait-il une autre raison? De toute évidence, ils se connaissaient tous les deux, est-ce qu'il essayait de me cacher quelque chose? Peu m'importais, si c'était le cas je le découvrirais rapidement. Je fis un grand sourire à la femme, toute en m'avançant, je pris la parole alors que Sin cherchais toujours comment me présenter la vampire.

-Enchanté, vous avez peut-être un prénom ou un surnom pour que je puisse vous identifier? Lui demandais-je.

Cette femme ne ressemblait pas à une expérience surtout après les gamins qu'on venait de croiser mais après tout moi non plus je ne leur ressemblait pas. Je la regardais droit dans les yeux, sans me départir de mon sourire, attendant patiemment sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 422
Age : 353
Localisation : Camp des survivants, jungle de la terre

Feuille de personnage
Puissance:
78/100  (78/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Vampire
Pandore Berger
MessageSujet: Re: Camp de Survivants (Open)   Mar 1 Nov - 21:34

     « Hééé... Salut. » Me dit le fantôme. C'était étrange de le voir ainsi. La dernière fois que je l'avais vu, il était encore en vie. Bien que les troubles de ces derniers mois et l'oroboros jouaient avec mes souvenirs, j'étais certaine de ne pas l'avoir eu en face depuis. Cela me fit bizarre. Dire que les dernières paroles que nous avons échangés étaient des menaces de mort. C'était idiot, à présent. « Je suis venu avec une amie. » Je la voyais bien.
« J'ai cru comprendre ça. » J'étais loin d'être aveugle, entre nous. Mais mon ton était empli de questions. Je n'aimais pas trop l'idée qu'il amène sans crier gare des étrangers au campement. Nous tentions de rester cachés. « Elana, voici... »
Un moment de silence. Avait-il oublié mon prénom ? Je dévoilais un croc, gênée.

« Enchantée, vous avez peut-être un prénom ou un surnom pour que je puisse vous identifier ? »
« Pandore. Pandore ça passe très bien. » Non, le Mare était loin d'être bête. Ma sœur a tendance à être trop tatillonne dans ses choix pour se permettre de changer en goule le premier idiot venu. Faible, gamin, probablement. Mais s'il s'était arrêté en pleine phrase, c'était pour me laisser l'occasion de donner un pseudonyme.
Je n'en utilisais pas en général. Je n'en utilisais jamais. Il m'avait fallu un instant d'hésitation, un petit temps de flottement pour penser à prendre mon second prénom. Ce n'avait rien d'obligatoire mais c'était une protection supplémentaire si elle n'était pas digne de confiance. Bien qu'elle me regardait dans les yeux, je ne tardais pas à dévier son regard pour l'étudier en détail. Je n'arrivais pas à déduire son espèce, ce qui était quelque peu étrange sachant que c'était mon métier. J'étais généticienne. Ma tâche, bête, simple, était d'étudier les réactions entre les races et espèces, les changements et les croisements dans le but de trouver des remèdes à certaines incompatibilités et des traitements à certaines maladies unique à la race. Cela avait compris, entre autre, la torture et la mort de pas mal d'expériences comme celles qui peuplaient ce camp. Cela faisait deux siècles que je travaillais chaque semaine, sans fautes ou presque. Autant dire que j'avais du sang sur les mains. Cela expliquait en partie mon revirement à quatre vingt dix degrés et ma lubie de détruire à la fois mon ancienne entreprise et mes anciens collègues. Si un véritable massacre aurait pu faire l'affaire, ce n'était pourtant pas si facile.
Elana faisait probablement partie de ce qui se passait ici. Sinon, pourquoi l'amener ? Mais son attitude était de loin plus déterminée que la plupart des cobayes. Elle avait eu le temps de se reconstruire. Un petit air à la Beyond qui me plut bien. « Contente de te rencontrer, Elana. Il t'as un peu expliqué ce qui se préparait ici ? » Probablement pas. Les enfants étaient revenus vers nous. L'un d'eux tira violemment sur ma manche et me dévisagea d'un air inquiet. « Tout va bien. » Lui soufflais-je avant de revenir à Elana. « Tu peux me tutoyer, au fait. » Les vouvoiements me rappelaient atrocement les procédures au boulot. Mieux valait éviter de me vouvoyer, surtout ici. « Vous devez avoir faim. Enfin, surtout toi, Elana. Ça doit être l'heure du dîné, venez donc. » Je leur fit signe de me suivre jusqu'à la tente principale. C'était de loin plus pratique d'avoir tout le monde sous la main au cas où il prenait l'envie à Elana de nous causer problème. Dans ce cas-là, elle ne ressortira tout simplement pas de la tente. Rien de bien compliqué.
« Je ne m'attendais pas à te revoir, Indigo. Cela m'aiderait si tu pouvais jouer le messager pour moi. Il faut que je contacte Nataku et Beyond. »

La tente principale était une immense pièce de tissus rapiécés installée en se servant d'un arbre haut de six mètres, ayant miraculeusement résisté à l'incendie, comme pilier principal. Lorsque nous y entrâmes, bien la moitié des survivants s'y trouvaient, c'est à dire une cinquantaine. La nourriture, abondante mais de mauvaise qualité, était posée au centre. Chacun se servait à sa guise, l'ensemble étant la ration du soir. Ils étaient installés, assis en petits cercles, groupes d'une dizaine à chaque fois. Au centre du cercle, certains s'affrontaient et divertissaient les autres. Les combats s'arrêtait lorsque le sang coulait, on ne risquait pas de perdre un précieux combattant. Les murmures qui suivirent mon apparition redoublèrent lorsqu'ils aperçurent Elana et Indigo. Ici, tout le monde se connaissait, impossible de rester discret.




Behold the horrors
They lurk beneath the shadows of remorse
You wouldn't know of course
But I force a new judgment day
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 789
Age : 24

Feuille de personnage
Puissance:
35/100  (35/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Fantôme
Indigo Mare
MessageSujet: Re: Camp de Survivants (Open)   Sam 5 Nov - 14:29

     
'Pandore'. Pff, c'était idiot. Il se retint de rire. Pendant que les filles papotaient, lui s'éloigna un peu. Il remarqua que l'un des gamins, celui aux mains bizarres, le suivait de près. Il lui fit gentiment signe de dégager... Sans grand résultat. Au bout d'un moment à se faire coller les basques, il fini par le prendre par les épaules pour lui demander plus férocement de décamper mais il eut la désagréable surprise de remarquer que le gamin balançait des coups de jus. Récupérant de la châtaigne qu'il venait de se prendre, il jura et reporta son attention sur les deux filles, un peu plus loin. C'était plutôt tranquille, ici. Il aimait bien. Ca manquait d'action mais ça avait l'air sympa.
Parlant de manquer, il se demandait ce qu'il advenait de sa petite soeur. Il était sans nouvelles depuis... Oh, un moment, maintenant. Il aurait été heureux de la retrouver, de voir comment se débrouillait son plan de conquête du monde. C'était étrange ces gens qui se mettent cette idée fixe en tête. Lui-même n'avait pas d'ambitions démesurées et ne comprenait pas ceux qui en avaient. Il rejoint Izzy et Elana, curieux. Elles avaient commencés à se diriger vers un abri immense et il ne comptait pas les laisser avancer sans lui.

« Je ne m'attendais pas à te revoir, Indigo. »
« Comme si j'allais louper une histoire de cette envergure. La chute des labos, la fin du monde et le renouvellement du système. Tout ça, c'est dans le même moule et si ça commence, crois-moi, je serais aux premières loges. » Il était spectateur plus qu'acteur. Etant donné qu'il était mort, bien sûr, mais également car il avait déjà perdu trop de personnes chères pour désirer s'en mêler. S'il pouvait rester à l'abri avec la vampire rouge et pourquoi pas, trouver des opportunités dans les carnages à venir, cela lui plairait grandement. « Ah, au passage. Je préfère Sin, 'Pandore'. »
« Cela m'aiderait si tu pouvais jouer le messager pour moi. Il faut que je contacte Nataku et Beyond. »
« Pfffrrrt ! » Il explosa de rire une bonne dizaine de secondes. Non, mais... Elle était sérieuse ?! « Je crois pas être bien placé pour cette mission. Je t'ai pas raconté la fois où j'ai- » Il se retourna vers Elana, se rappelant soudainement de sa présence. Cela le coupa en pleine phrase. « Heu laisse. L'histoire est trop abrupte pour la princesse. » Inutile d'embrouiller plus avant Elana qui avait déjà souffert la réalité des élevages.
C'est en entrant dans la tente qu'il capta que la vampire grise avait beau se la raconter, elle était loin de faire l'unanimité ici. « En fait, tu te la joues chef, mais t'es passée à ça qu'ils te zigouillent, uh ? » Lui lâcha-t-il dans un murmure avant de saluer d'un large signe de la main et d'un tout aussi large sourire ceux qui le dévisageaient. « Hé ! Moi c'est Sin, pour vous servir. Mais vous dérangez pas pour moi je viens -hem en paix ! » Avant de partir se prendre une pomme. Pas que ça lui serve à quelque chose mais au moins pourra-t-il occuper ses mains.




I'm the only friend that makes you cry
You're a heart attack in red hair dye
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 502
Age : 18

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Elana
MessageSujet: Re: Camp de Survivants (Open)   Mer 16 Nov - 16:27

     -Pandore. Pandore ça passe très bien. Me répondit finalement la vampire. C'était probablement un faux nom, ils voulaient probablement tous les deux me cacher quelque chose, mais peut m'importait, j'aurais largement le temps de découvrir quoi.

-Contente de te rencontrer, Elana. Il t'as un peu expliqué ce qui se préparait ici ? Ajouta-t-elle.
Pas vraiment, je savais juste que la plupart des gens qui se trouvaient là avaient été l'objet d'expérience par le passé, mais je n'en savait pas beaucoup plus.

-Tu peux me tutoyer, au fait. Vous devez avoir faim. Enfin, surtout toi, Elana. Ça doit être l'heure du dîné, venez donc. Continua-t-elle.

Pandore nous amena vers une tente beaucoup plus grande que les autres, en chemin elle reprit la parole, une grande bavarde:


-Je ne m'attendais pas à te revoir, Indigo. Cela m'aiderait si tu pouvais jouer le messager pour moi. Il faut que je contacte Nataku et Beyond.

Tiens, tiens... Sin n'ont plus ne m'avait, semble-t-il pas donner son véritable nom, à croire qu'ils avaient tous quelque chose à cacher. Je me demandais bien pourquoi, le nom d'indigo ne m'évoquais rien.

-Comme si j'allais louper une histoire de cette envergure. La chute des labos, la fin du monde et le renouvellement du système. Tout ça, c'est dans le même moule et si ça commence, crois-moi, je serais aux premières loges. Répondit-il. Ah, au passage. Je préfère Sin, 'Pandore'.

Je notais l'ironie présente dans la voix de Sin, ou d'Indigo peut importe, et dû me retenir de rire pour me contenter d'un simple sourire. Alors ce campement était une sorte de camp de soldats qui allait combattre le système et les labos. Intéressant, je n'avais pas vraiment envie d'y prendre part, j'avais détruit moi labo et tué tous ses occupants, je considérais ma vengeance accomplie. De plus aucun des occupants du camp que j'avais vu jusqu'à présent ne me semblait être un vrai combattant. Sin rit ensuite avant de reprendre:

-Je crois pas être bien placé pour cette mission. Je t'ai pas raconté la fois où j'ai- Il se retourna vers moi et s'arrêta en pleine phrase. Heu laisse. L'histoire est trop abrupte pour la princesse.

Quand est-ce qu'il va arrêter avec ce surnom? pensais-je en levant les yeux au ciel. J'étais bien loin d'être une princesse et je ne pensais pas qu'une histoire puisse réussir à me déranger, mais je m'étais peut-être montrer trop émotive avec lui lorsque j'étais dans les bâtiments d'élevages. Nous pénétrâmes finalement dans la tente, une bonne cinquantaine de paires d'yeux se posèrent sur nous et les murmures allèrent bon train. Je remarquais deux choses, d'abord qu'il y avait beaucoup de nourriture, ce qui était une bonne nouvelle vue mon énorme appétit, et ensuite que des combats, amicaux malheureusement, avaient lieu au centre de la pièce. Je vis Sin se pencher et murmurer à l'oreille de Pandore, il pensait sûrement que je n'entendrais pas mais c'était sans compter sur mon oreille grandement améliorer:

-En fait, tu te la joues chef, mais t'es passée à ça qu'ils te zigouillent, uh ?

Et sans attendre sa réponse, il salua le groupe d'un large signe de la main et d'un tout aussi large sourire ceux qui le dévisageaient.

-Hé ! Moi c'est Sin, pour vous servir. Mais vous dérangez pas pour moi je viens -hem en paix !

Puis il alla prendre une pomme. Je souris devant son air décontracté, ce n'était pas comme s'il pouvait lui arriver quelque chose à lui. De mon côté, si je semblais tout autant détendu que mon compagnon, tous mes muscles étaient tendus près à réagir au moindre problème. Il fallait peut-être que je dise quelque chose moi aussi.

-Elana, enchantée. Déclarais-je avec un sourire carnassier.

J'allais ensuite me servir de la nourriture, prenant la dose de viande. Je zieutais vers les combattants mais ils avaient cessé le combat pour nous observer, même pas drôle. J'arrachais une grande bouchée de la cuisse de poulet que je tenais à la main. Ils avaient quoi tous à me dévisager? Ma tête leur revenait pas? Ils commençaient sérieusement à me taper sur le système, moi j'étais venue dans le but de faire quelques combats intéressants et voilà que je me retrouvais devant des estropier de la vie qui pour la plupart ne pouvait sûrement même pas combattre. Et dire que Sin m'avait avertit de leur dangerosité... La blague, je n'en voyait pas un seul ici qui semblait pouvoir me tenir tête, à part peut-être la vampire. J'arrachais rageusement une seconde bouchée, mon séjour ici risquait de vite devenir ennuyeux si je décidais d'être sage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Camp de Survivants (Open)   

     
Revenir en haut Aller en bas
 

Camp de Survivants (Open)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Decors : Aide de Camp ?
» Mek' pour l'open de peinture GW
» Attaque d'un camp orque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ajasuu :: Jungle de la Terre :: Camp de Survivants-