Partagez | .
 

 Personnification (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Personnification (PV)   Dim 6 Avr - 11:16

     
Quitter son hôtel pour la première fois en un nombre d'années incertain ? Fait. Il faudra vraiment que Takō prévoie une checklist pour la suite des choses insensées qu'elle comptait faire. Mais du coup, hors de son élément d'oreillers qui volent et de couettes qui étouffent les pauvres innocents victime de ses caprices, elle se sentait moyennement rassurée. Non, pas rassurée du tout, même. Et si elle avait perdue depuis longtemps cette habitude de marcher convenablement, Takō enchaînait malgré tout des pas en direction d'un lieu qu'elle ne se rappelait pas connaître. Ses pieds flottaient certes à quelques centimètres du sol, mais du moins marchait-elle, preuve qu'elle avait envie de rentrer.

- In... Indigo ? Demanda la petite fille qui sommeillait en elle. Le héros de son enfance, son grand-frère, était certainement perdu là-bas, dehors, et elle allait le retrouver pour qu'il la sauve, en gentil garçon qu'il était ! Mais pour l'instant, seul le silence essoufflé de la nuit et le croassement des quelques oiseaux nécrophages du coin lui répondaient. La fantôme, le poltergeist, avait peur.
Alors elle erra dans ces lieux, avançant de plus en plus vite, perdant la notion du temps et de l'endroit. Elle commença à paniquer et se retrouva plusieurs fois, incrédule, comme téléportée au point de départ, sur le seuil de l'hôtel. Elle se mit à pleurer.
Puis après avoir longuement gémit, elle retourna chercher son frère, perdu quelque part dans ce dangereux univers.
Et la fantôme, celle auparavant si sûre et capricieuse, reprenait du poil de la bête. Sa motivation courageuse semblait l'entraîner toujours plus loin avant l'anormal retour au point de départ.
Au bout de deux nuits à s'écharper contre le torrent de l'après-vie, elle réussie à quitter le lieu qu'elle avait tant hantée.

Elle était désormais dans un parc d'attraction. La jeune fille sourit, reconnaissant le lieu où, toute petite, son père et son frère l'avaient emmené.

Maman n'était pas là car elle était malade mais ils m'avaient dit que j'aurais deux fois plus de gaufres. Murmura-t-elle, émue.

Les alentours avaient changés ainsi que le parc en lui-même. Les manèges semblaient cassés, prisonniers d'une obscurité qui ne pouvait s'en aller. Le parc était mort, tout comme elle l'était, et la décrépitude de ce lieu était certainement semblable à celui de son pauvre corps laissé quelque part sans sépulture.
Takō eut envie de pleurer. Elle se rappelait ces moments fugaces- ceux où elle se balançait aux bras des deux hommes aimés l'entourant. Ceux où son héros de petite fille l'emmenait sur la grande roue, lui promettant qu'elle n'aurait pas peur...
L'esprit errant regarda la grande roue. Il avait eu raison, elle n'en avait plus peur désormais. Avançant jusqu'à son pied, elle s'assit tout contre le socle de fer et observa le parc d'un air attendri par la mélancolie. Si seulement grâce à ces images de son passé, si prenantes, semblant si réelles, elle pouvait ramener aussi son père et son grand-frère ! Si ces deux êtres pouvaient la prendre tour à tour dans les bras comme lorsqu'elle était petite...!
Mais tout cela était finit. Elle comprenait, désormais, la colère que devait ressentir ce parc d'attraction- tout ces cris éteints, tout ces rires qui n'existeront jamais plus ! Ce parc d'attraction abandonné, tout comme elle l'était, lui semblait étrangement amical. La main de la petite fille tapota le pied de la grande roue.

Je suis là, maintenant. Je ne laisserais plus jamais personne te faire de mal... Tu sais quoi ? Je tuerais tout ceux qui veulent t'attaquer !!

Si son ton était tout d'abord doux, il devint dangereusement imbu de promesses vers la fin de sa phrase. Elle était bien résolu à protéger le repos de ce parc, quoi qu'il en coûte !
Et cela allait commencer maintenant, alors que des bruits de pas se faisaient entendre, Takō se prépara à l'arrivée d'un nouvel ennemi...



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Dim 6 Avr - 12:09

     

J’adore la nuit, t’as pas besoin de te cacher pour rester inaperçu, Hin Hin !

Adossé contre un vieux manège rouillé, cabossé, je sirotais tranquillement le soda que j’avais réussi à retrouver dans une vielle machine à boisson éventré, explosé à même le sol dans une mare de métal et de verre… Ce qui avait jadis dû être une boisson de plaisir avait maintenant un goût affreux, acre, à en donner la nausée, mais je n’avais jamais été difficile quand il s’agissait de nourriture, aussi ai-je finis ma canette dans le silence du crépuscule…
Toujours contre cette vieille attraction dont j’ignore totalement l’usage d’origine, je m’amuse à transformer mes mains en faux, puis en mains, puis en faux, puis en mains […], ne trouvant rien d’autre à faire pour occuper mon esprit emplis de l’image de la jeune femme qui m’avait servie de défouloir pas plus tard qu’aujourd’hui, Hin Hin
Elle était si belle, son visage déformer par la terreur lorsqu’elle avait vu mes mains se transformé en lames acérées, et celui de pur soumission lorsqu’elle avait compris que je ne la tuerais pas avant d’avoir pu profiter de son corps offert à moi, Hin Hin. Mes vêtements trop larges pour moi sont encore couverts de son sang, maintenant coagulé, et bien que la chaleur de ce liquide adoré ait depuis longtemps quitté mon corps, il n’en reste pas moins cette odeur rassurante et légèrement métallique, m’apaisant…
Souriant, d’un sourire malsain étirant ma bouche sur toute la surface de mon visage à la manière d’un arlequin dément, je balançais finalement ma canette désormais vide dans les airs et, transformant ma mains droite en faux durant sa monté, la coupa nettement en deux durant sa descente… Mes pulsions étaient satisfaites pour l’instant, mais du coup je m’ennuyais…
Oh, bien sûr, j’aurais pu aller traquer l’un ou l’autre des citoyens se baladant en ville, mais comme dit dans ma présentation : Je ne suis pas méchant ! Je ne vois aucun intérêt à tuer si je n’en ressens pas l’envie du fond de mon être, or là, pour l’instant, mes envie sanguinaires se sont tue à l’instant même où j’avais ouvert le couvercle de cette fille pour laisser l’intérieur de sa bouteille se déverser sur moi dans un gémissement de bien être… Rien que d’y penser, je me sens totalement détendu, Hin Hin…
Tirant le pan de mon Sweet-shirt pour le porté à mon nez et humer l’odeur de sang qu’il gardait toujours sur lui, je me pris à le lécher d’un air goulu, frottant ce reste d’hémoglobine contre mon visage pale, le teintant de rouge par endroit… Ce simple contacte me fait comprendre que je ne tiendrais pas longtemps avant que mes pulsions ne reviennent, tant mieux, Hin Hin, c’est plus amusant d’avoir quelque chose à faire !


Je suis là, maintenant. Je ne laisserais plus jamais personne te faire de mal... Tu sais quoi ? Je tuerais tout ceux qui veulent t'attaquer !!


Je sursautais violement, relâchant le tissus imbibé de sang que je tenais toujours serré contre mon visage, et regarda du côté d’où la voix me parvenait. Me levant, les sens aux aguets, mes faux prête à trancher sans vergogne la gorge du premier qui oserait s’approcher de trop près sans mon accord, je regardais en direction de la grande roue, à quelque mètre de moi, pour y distingué ce qui ressemblait à une petite fille aux cheveux violet… Enfin, ce qui aurait pu être une petite fille si elle ne semblait pas étrangement translucide et si ses pieds n’étaient pas à plusieurs centimètres au-dessus du sol, Hin Hin
Pour avoir déjà eu à faire à des spectres, je sais pertinemment qu’ils sont impossible à tuer, malheureusement, mais cela ne m’empêchais pas de m’approcher d’elle furtivement.
Arrivé à moins d’un mettre d’elle, je l’a vois se retourner vers moi et, d’un bon, je sors de derrière l’attraction la plus proche pour atterrir à moins d’un mètre d’elle, mes faux l’entourant inutilement


Hin Hin, coucou toi ! Qu’est-ce que tu fais là ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Lun 7 Avr - 9:37

     Surprise.
C'était le mot du soir.
Takō avait toujours un 'mot du soir'. C'était auparavant sa mère, penchée sur elle dans le lit de soie prune, qui lui faisait la lecture du gros dictionnaire, lui apprenant un mot par jour et faisant bien attention à ce qu'elle en comprenne tout le sens.
Le mot du soir signifiait qu'elle avait eu peur, elle, celle qui causait la terreur, d'être aperçue alors qu'elle ne s'y attendait pas. Cela signifia qu'elle se sentit très, très mal en voyant ce visage effrayant, menaçant, de monstre ensanglanté. Cela signifia qu'elle crut, un seul instant, que ces lames pourraient lui faire du mal.

Hin Hin, coucou toi ! Qu’est-ce que tu fais là ?

Puis la surprise passa.
La jeune héritière Mare se mit debout, se redressant de toute sa prestance telle la dame de bonne famille qu'elle aurait dû être. Elle passa même au travers de ces lames qui se retrouvèrent dans ses épaules. Elle eut un air menaçant.

C'est à moi de te dire ça. Murmura-t-elle de manière pourtant audible. Va-t-en de ma chambre !!

Ce lieu, c'était sa nouvelle chambre à elle. C'était son nouveau cocon, celui qui la comprenait. La seule chose au monde qui pouvait la comprendre. Et elle l'avait promis, personne ne s'en approcherait !

Je ne vais pas me répéter... Va-t-en !!

Ignorant le fait qu'en faisant ça, elle se répétait justement- elle n'était, après tout, qu'une toute petite fille sans réelle connaissance linguistique, l'énervement causé par cette dite 'surprise' lui valut de réunir assez de force pour que quelques carcasses évidées des manèges environnant se soulèvent. La force ne fut cependant pas suffisante et ces dernières retombèrent lourdement à leur place. Takō regretta soudain les frêles couettes qu'elle utilisait pour étouffer des voyageurs sans défense. Le doudou de l'hôtel, celui qu'elle avait volé à un petit garçon, lui manquait aussi. Elle se dit intérieurement que c'était peut-être ce dernier qui lui donnait alors du courage... Mais elle n'allait pas se laisser faire pour autant.
Plongeant la main dans la poitrine de l'ennemi, ses mains fantomatiques, inconsistantes, agrippèrent son cœur alors qu'un sourire démentiel apparaissait sur le pauvre petit visage angélique. Réflexe. Bon réflexe.

Après tout, je peux faire s'arrêter ton cœur quand je le veux.
Rétorqua la fantôme. En effet, les crises cardiaque si souvent attribuées aux esprits n'en sont que pour peu le résultat d'une grosse frousse. Lorsque le fantôme traverse un organisme vivant, le cœur de ce dernier réagit violemment en loupant plusieurs battements. Takō avait également assez de puissance, du moins le pensait-elle, pour pouvoir agripper cette chose battante et la retirer de son socle de muscles. Je veux t'entendre me supplier ! Lâcha-t-elle alors qu'un rire enfantin la traversa.



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Lun 7 Avr - 16:17

     

Alors comme ça les fantômes aussi peuvent pleurer, Hin Hin ? C’est la première fois que j’vois un fantôme pleurer, et j’avoue ne pas en comprendre la raison, je n’ai rien fait de mal pourtant non ?
Souriant toujours de toutes mes dents, l’air un peu fou, je penchais ma tête sur le côté et écouta l’enfant reprendre contenance d’un air amusé. Qu’elle mignonne petite fille, Hin Hin, se postant d’elle-même au niveau de mes faux inutiles.


C'est à moi de te dire ça. Va-t-en de ma chambre !!

Je souriais toujours, nullement impressionné par son ton catégorique, avant de ricaner de plus bel

Ça ? Ta chambre ? Hin Hin J’étais là avant toi déjà !


Montrant du bout de ma main droite, redevenu chair humaine, le lieu où je me trouvais il y a pas même 5min, je repris de mon air le plus naturelle au monde

Premier arrivé, premier servie ! C’est ma chambre, Hin Hin, pas la tienne !


Ok, en réalité c’était la chambre de personne, ce n’était même pas une chambre d’ailleurs, ni même une pièce fermé, mais pour elle comme pour moi cela ne changeait rien à l’intensité que ce mot nous procurait

Je ne vais pas me répéter... Va-t-en !!


Cette fois-ci je riais, d’un rire dément, un rire raisonnant dans les ténèbres de la nuit, un rire qui, faute de s’arrêter, s’intensifia encore de plusieurs décibels quand je sentis les mains fantomatiques de la morte venir prendre mon cœur en otage. Elle souriait ! Et son sourire avait un je-ne-sais-quoi qui me plaisait, et me faisait rire de plus bel, tel un fou inconscient du danger, ce que je n’étais pas… Pas fou, s’entends, ça, à dire vrais, j’en sais trop rien, Hin Hin… Mais j’étais en tous cas entièrement conscient du danger que représentait ce froid contre mon cœur… Ce n’est pas parce qu’on est conscient des choses qu’on a forcément envie d’y prêter importance, c’est tous… Riant toujours, plus doucement cette fois, je la regardais dans les yeux, mon sourire d’arlequin étirant toujours mes lèvres étrangement larges

Je veux t'entendre me supplier !

Tue-moi si tu le veux, Hin Hin, comme ça moi aussi j’pourrais être un esprit !


Mon sourire s’élargie, si cela était possible d’être plus élargie qu’il ne l’était déjà, à cette idée, et un nouveau rire traversa la barrière de mes lèvres. Loin d’avoir peur, je trouvais plutôt cette situation amusante… Loin de moi l’envie de claquer, j’en avais déjà eu mainte foi l’occasion, ne serait-ce qu’au laboratoire, mais mon instinct de survie avait toujours occulté cette possibilité… J’aime bien ma vie de liberté et ne suis pas encore décidé à la laisser derrière moi, mais d’un autre côté, mourir peut aussi être une expérience amusant, Hin Hin
Puis, pour dire toute la vérité, devenir un fantôme avait quelque chose d’alléchant…


Dit moi, de quoi ta crevé ? T’es un peu jeune pour une mort naturelle non, Hin Hin ?


Je sentais toujours le froids de sa main contre mon organe pulsatiles, mais je ne m’en inquiétait pas outre mesure, tous ouïe que j’étais désormais à l’histoire de la mort de cette enfant…
Qu’elle me tue ou non, j’m’en moque, au moins je saurais de quoi j’ai claqué, mais pour le moment c’est sa mort à elle qui me turlupine… Souriant toujours, ma tête couverte de sang à moitié couché sur mon épaule droite, j’écoutais.




Dernière édition par Akira Reikoku le Lun 7 Avr - 18:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Lun 7 Avr - 18:18

     L'outrage que subissait Takō prenait de plus en plus d'ampleur. L'individu osait déclarer le lieu sien. La jeune femme, un rouge improbable aux joues, déclara posément, refoulant toute la colère du monde pour ne pas perdre le contrôle.

J'étais déjà là il y a des années. Ton petit jeu stupide n'amuse que toi.

La dernière phrase était une citation de feu sa mère, qui avait de drôles de phrases amusantes quand elle voulait faire taire sa fille. Takō n'en saisissait pas tout à fait le sens.
Plus le ton montait, plus la situation dégénérait. Et ils s'en retrouvèrent inéluctablement au point où Takō menaça de tuer l'être, sa main plongé dans son torse. L'effroi sur son visage sera un régal sans nul autre pareil mais...
Mais non. Il riait et cela la dérangea beaucoup. Car elle n'aimait pas ce rire qui lui rappelait un autre rire plutôt déplaisant. Un rire... Ce rire, celui de sa mère au moment où elle.
Sa main trembla avant de raffermir sa prise sur la cible. Non ! Elle n'allait pas faillir pas...

Elle était terrorisée.

Tue-moi si tu le veux, Hin Hin, comme ça moi aussi j’pourrais être un esprit !

Takō hésita. Elle baissa le regard et fini par se reculer, vaincue.

Je déteste qu'on me donne des ordres. Dit-elle pour se justifier.

Dis-moi, de quoi t'as crevé ? T’es un peu jeune pour une mort naturelle non, Hin Hin ?

Retirant totalement la main du torse du garçon, elle recula de quelques pas et s'adossa contre le pied de la grande roue. Elle leva la tête. Lui raconter... Et puis quoi encore ? Levant la main vers le ciel, rêveuse, tendant les doigts en les écartant le plus possible vers l'un des sièges de cette roue tournoyante, Takō semblait ailleurs.
Elle reporta finalement son attention sur le garçon.

La jeune décédée avait rarement vu quelqu'un comme lui. Habituée aux gens biens et moins biens de l'hôtel, elle n'avait cependant jamais eu l'occasion de voir un visage aussi... Ravagé que le sien. Ce n'était pas de la folie qu'elle voyait chez lui, c'était autre chose. Quelque chose, au fond, qui fait mal et qu'on n'ose pas avouer, même du bout des lèvres. Quelque chose de semblable à elle-même. Une tristesse, peut-être. Une petite pointe de douleur aiguë et invisible pour la plupart des gens.
L'héritière eut soudain un sourire.

- Tu saurais me refaire marcher la grande roue, s'il te plait ? Après on verra !



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Mar 8 Avr - 19:40

     

Finalement, le prise fantomatique sur mon cœur c’était relâcher… Clignant légèrement des yeux, mon sourire étirant toujours mes lèvres, je la questionnais du regard.

Je déteste qu'on me donne des ordres.


J’hoche la tête, compréhensif, j’aimais pas son non plus ? Hin Hin… Bon, certes, c’était moi qui lui avais donné cet ordre, mais quand même, il n’empêche que j’aimais pas ça non plus ! J’comprenais son ressentit, quand bien même avais je le rôle que je détestais, parce que si je comprends et n’aime pas avoir des ordres, en donner à d’autre me dérange bizarrement nettement moins, Hin Hin

Ouais je comprends, Hin Hin Moi aussi j’aime pas en recevoir !


Je riais à nouveau, d’un rire court, creux, mais raisonnant dans le silence rassurant de la nuit… J’aimais pas ça du tous ouais, j’en avais assez reçu pour toute une vie ! Mais quand bien même le souvenir de mon passé au laboratoire aurait dû me rendre amer, je souriais de plus bel à chaque fois que je me le remémorais, Hin Hin !
Cette souffrance, toujours suivit d’un moment de léthargie, l’esprit embrouillé par tous ces médicaments, la sensation de l’air du climatiseur cognant contre ma peau à moitié nu, le froid engourdissant mes membres ankylosé et cette douce sensation de chaleur coulant sur mon corps à chacune des blessures sanguinolente qu’ils m’avaient faite, Hin Hin… La plupart de ces moments était flou, distordu, noyer dans un flot de narcotique, mais je me souviens encore très bien la douceur de ma cuve, celle de mon sang, et cette envie omniprésente de m’enduire de celui de quelqu’un d’autre comme un enfant se roulerait dans une couette…
Silence… Je suis remonté si loin dans mes pensées que j’en aurais presque oublié ma nouvelle amie fantomatique… La regardant une nouvelle fois, constatant une fois de plus sa jeunesse, je me décidais finalement à lui poser la question qui me brûlait les lèvres, souriant toujours alors que j’attendais une réponse qui ne vint jamais…
Alors comme ça la demoiselle ne voulait pas me dire comment elle était morte, Hin Hin ? Tant pis, ça aurait pourtant été marrant… Pour moi… En tous cas cette dernière question avait au moins eut pour effet de lui faire retirer l’entièreté de sa même de l’intérieur de mon torse… Et de la faire sourire… Ce qui, sans que je ne sache pourquoi, manqua de faire tomber la mien… C’était la première fois que quelqu’un me souriait…


Tu saurais me refaire marcher la grande roue, s'il te plait ? Après on verra !

Je l’observais un moment, silencieusement, mon envie de rire coincé quelque part au fond de moi, avant de porter mon regard sur la grande roue et hausser les épaules

J’suis pas mécanicien… Mais j’peux toujours voir c’que j’peux faire, Hin Hin…


A nouveau, mes lèvres s’étirèrent en un sourire carnacier, laissant entrapercevoir mes canine étrangement pointues, alors que je me dirigeais vers le tableau de contrôle de l’engin et tentait d’en comprendre le fonctionnement… Je n’étais pas mécanicien non… J’étais même pas allé à l’école, c’est dire, mais j’avais déjà quelque connaissances sommaire implanté je ne sais trop comment à l’intérieur de mon cerveau sans que je n’ai jamais eu le souvenir de les avoir appris… Comme parler, lire, compter…
Regardant le panneau électrique, sûrement disjoncté par l’inondation, j’appuyais, par logique implacable, sur le plus gros de tous les boutons…
Les lumières resté intactes s’allumèrent d’un coup sur les différents compartiments, m’éblouissant au passage, et la grande roue se mit à tourner dans un grincement de rouille insupportable…
J’sais pas comment j’ai fait ça, mais ça marche, Hin Hin


Mademoiselle est contente ? Hin Hin


Ca faisait mal aux oreilles, les lumières étaient pour certaines inutilisable, mais ça fonctionnait… Tout du moins, ça fonctionnait du mieux que ça le pouvait pour un manège stagnant dans l’humidité depuis 3ans… Hin Hin


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Ven 11 Avr - 16:34

     Regardant la roue de ses souvenirs marcher à nouveau, s'animer d'une vie qui lui était tout à fait légitime, Takō battit des mains, sautillant sur place.
Dans son enthousiasme, elle sauta au cou du supposé 'sauveur' et l'enlaça.

Merci !!

Peut-être un peu trop surexcitée, elle lui attrapa le bras. Ça ne marcha pas. Elle réessaya et, voyant qu'elle continuait à passer à travers, elle se contenta de lui dire d'un ton un peu plus strict.

Allez, ne soit pas timide, viens l'essayer !!

Mais ce n'est pas comme si elle le forçait non... Elle l'obligeait ! Néanmoins elle était désormais de trop bonne humeur pour se permettre une nouvelle dispute. Elle se contentait de sourire de tous ses traits, ce qui créait une sorte de sourire distordu plutôt effrayant. Alors que la situation allait peut-être rester bloquée, la jeune fille n'allant pas démordre de son envie de faire de la roue et d'y emmener son nouvel ami- car maintenant, c'était sûr qu'ils étaient amis. Aussi sûr qu'on peut avoir une petite fille avec des cadeaux.... Mais bon, comme dans chaque histoire, il se passa quelque chose d'imprévu. Et ce quelque chose, c'était deux Rebelles en uniforme qui s'aventuraient dans le coin.
Et elle était peut-être enjouée, mais elle n'avait nullement oublier sa promesse de détruire le premier étranger à s'aventurer ici.
Takō se retourna vers son copain et murmura.

On fait la course ? Celui qui tue le plus vite le sien... Je prends celui de gauche ! Prêt ?

Elle ne fut pas très lente à courir vers le duo de Rebelles. Postée devant l'un d'eux, les deux visiblement incapables de la voir, elle se contenta de se pencher vers sa victime et de lui murmurer quelque chose à l'oreille. Ce dernier se glaça sur place et dit d'un ton épouvanté à son compagnon que, vite, il fallait partir d'ici ! La jeune fille passa ensuite doucement son bras dans la tête du rebelle. Celui-ci s'arrêta de bouger un instant, de la bave s'écoula de sa bouche. Son cerveau, visiblement, n'aimant en aucune façon l'intrusion de la fantôme. Son compagnon hurla de terreur.



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Sam 12 Avr - 12:05

     

A parement, oui, elle était contente, Hin Hin
Regardant l’enfant taper dans ses mains immatérielles, sautillant sur place, je sentis mon sourire s’étirer d’autant plus, prenant l’entièreté de la surface de mon visage pâle…
Alors que je la vois se jeter à mon cou, ou tout du mon essayer de la faire vu qu’un fantôme peut difficilement se rendre consistant, je ris doucement, amusé par sa joie enfantine… Ais-je déjà ris de la sorte ?


Merci !!
Pas de quoi, Hin Hin

Je vois l’une de ses mains tenter d’attraper mon bras, sans résultat, avant de l’entendre me demander d’un ton ferme

Allez, ne soit pas timide, viens l'essayer !!


Timide ? Moi ? Je ris de plus belle, mon sourire d’arlequin étirant toujours mes lèvres alors qu’elle-même souriant d’un sourire des plus malsain, me plaisant étrangement… C’était la première fois que quelqu’un me souriait vraiment, autrement que les quelques scientifique se délectant d’avance de mes cris de douleurs qui n’étaient en finalité jamais venu, et même si ce sourire n’était pas plus sain que celui de ces hommes et femmes m’ayant torturé, je sentais sa sincérité inonder mon cœur d’expérience…
Refuser ou non n’était pas ici affaire de timidité, mais plutôt de stupidité ou de témérité, au choix… L’attraction n’avait pas été utilisée depuis plusieurs années et, même si elle semblait tenir bon, elle n’était pas au meilleure de sa forme… Je doutais fortement que, les quelque compartiments pas encore totalement bouffer par le rouille, soient aptes à supporter mon poids sans cassé…
Fallait vraiment être con pour essayer… J’ai jamais dit que je ne l’étais pas, Hin Hin


J’suis pas timide !


Souriais-je, m’avançant vers l’un des compartiments délavé, sûrement d’une couleur bleu vif dans un temps ancien, et l’ouvrit doucement avant d’attendre un bruit suspect et me retourner vers Takō… Deux hommes, deux rebelles, passaient par ici et se rapprochaient de nous… Regardant Takō, puis les gêneurs, je souriais doucement, attendant de voir ce que la fantôme comptait faire pour s’en débarrasser, ou les garder, Hin Hin

On fait la course ? Celui qui tue le plus vite le sien... Je prends celui de gauche ! Prêt ?
Prêt ! Hin Hin


J’avais déjà assouvi mes pulsions pour aujourd’hui, mais là, de voir ces deux hommes à l’air suffisants, avait réveillé en moi ce besoins de sang… Mes vêtement taché étaient maintenant secs, j’avais froid, et deux couverture chauffante se trouvaient devant moi, prêtes à l’emploi !
Regardant ma nouvelle –et seule- amie s’approcher de celui de gauche, ne semblant pas avoir conscience de sa présence vu qu’il avait, comme son pote, le regard fixé sur moi, je m’approchais pour ma part de celui de droite, lui dévoilant mes canines d’un air faussement innocent


Messieurs, puis-je vous aider ? Hin Hin


Je souriais toujours, regardant du coin de l’œil Takō parler à l’oreille du premier des types, le faisant hurler de terreur, avant d’enfoncer sa main fantomatique dans son crâne sous le cris de terreur du second type qui avait cessé de me regarder dès l’instant ou son collègue c’était mis à hurler… Profitant de ce moment d’inattention, je transformais mes mains en faux et, alors que l’inconnu fixait toujours son pote, les posa des deux côtés de sa nuque avant de murmurer un léger "merci" et lui couper la tête d’un coup sec !
Regardant le corps s’affaisser sur le sol, bientôt rejoint par une tête ayant fini son vol planée, je me penchai au-dessus de celui-ci afin de, dans un petit gémissement de pur plaisir, profiter de la douce chaleur de ce sang tant aimé…




Dernière édition par Akira Reikoku le Dim 13 Avr - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Dim 13 Avr - 14:59

     Takō jouait. Elle jouait tant que l'autre joueur n'avait pas mit un pied dans l'arène. Lorsqu'il se décida vraiment à passer à l'action, lorsqu'elle vit les couteaux à la place des mains, la sienne descendit le long du corps de sa victime et agrippa son cœur. Fermant la main dessus, passant au travers, elle senti les battements de celui-ci se stopper et sa victime tomba à terre, les yeux béants et la bouche ouverte. Au même moment, une tête valsa.

La fantôme pesta, tapant du pied.
Oh noon ! Il y a égalité ! Bon, qu'est-ce qu'on fait, on recommence ?

Elle regarda autour d'elle pour voir s'il y avait d'autres victimes mais il n'y en avait pas. Elle fit une grimace et soupira. S'approchant de son 'copain', elle l'observa observer le gars plein de sang.

Hé, ça va ?
Elle haussa les épaules. C'était pas si grave, mais on dirait qu'il avait légèrement beuggé. Enfin, c'était pas ses affaires non plus. Elle regarda autour d'elle, déjà las. Elle espérait que quelque chose de divertissant arrive à nouveau. La grande roue qui tournait toujours n'était déjà plus présent en sa tête, devenu comme un élément du décor, quelque chose ne l'intéressant plus. Un instant, quelque chose attira son attention.

D'habitude il y en a plus. Pourquoi ce coup-ci il y en avait que deux ?

C'était bizarre mais ça aussi, elle s'en fichait. Elle voulait juste maintenir la conversation. Quand elle était le centre d'attention, elle avait l'impression d'exister. Et elle en avait besoin. Elle enchaîna donc les questions, lui demandant ce coup-ci s'il comptait rester dans le parc, avec elle. Au fond, cela l'arrangeait car elle se sentait un peu seule, même si elle ne voulait pas l'admettre.
Non, désespérément seule même. Elle qui avait toujours eu l'habitude d'être entouré -papa, grand-frère, cousine, tonton-, se retrouvait désormais privée de famille. Takō n'était pas difficile, n'importe qui ferait l'affaire, lui autant qu'un autre, tant qu'il avait un tant soit peu de répartie. Elle finit par s'assoir à même le sol et contempla les étoiles, la tête dans les mains. Elle ne savait pas quelle heure il était mais voyait bien qu'il faisait déjà un peu plus clair que tout à l'heure. Elle ne voulait pas que le temps passe, pas plus qu'elle ne voulait que le jour se lève et que par conséquence s'en aille la seule personne à lui avoir vraiment parler depuis des années. Un instant, lui promettre de raconter son histoire- ça avait l'air de l'intéresser -en échange de sa présence lui parut une bonne idée mais elle finit par changer d'avis et demanda juste d'une voix faible...

Et toi, tu viens d'où ?

Elle n'en avait pas grand chose à faire. Pour Takō, ce n'était pas le passé qui définissait la personne et c'était surement l'un des seuls raisonnements censés qu'elle ait. En savoir plus sur son passé ne l'avancerait donc à rien mais elle voulait toujours maintenir la conversation et puis elle se doutait qu'il ne pensait pas la même chose qu'elle. Sinon il ne lui aurait jamais demandé la raison de sa mort.



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Dim 13 Avr - 18:12

     

La voix de Takō me paraissait lointaine alors que j’entrapercevais son petit corps fantomatique tapé du pied à plusieurs centimètres au-dessus du sol… Je la voyais oui, mais en périphérie seulement, mon attention était quant à elle entièrement porter sur ce liquide pourpre s’écoulant à flot autours de ce corps mort, maintenant laissé aux charognards…
Me couchant sur le sol, peu conscient de ce que je faisais mais dans une béatitude quasi orgasmique, je me laissais noyer par ce sang encore chaud, gluant, collant à ma peau et à mes vêtement… Ce ne fut que lorsque la jeune fantôme s’approcha de moi et me parla que je repris conscience de ce que je faisais, et me redressa d’un seul geste, mes vêtement toujours imbibé de ce liquide se refroidissant bien trop vite à mon goût


Oui, ça va…

Soulevant mon sweet-shirt trempé –de sang, se sueur, de flotte et de tous un tas d’autre chose plus ou moins nommable- je le frottais doucement contre mon visage tous aussi trempé, dévoilant ainsi une bonne partie de mon ventre imberbe maculé de coupures et contusions plus ou moins cicatrisées, avant de recommencé à sourire à l’enfant face à moi…
Un sourire tendre cette fois-ci, ou tout du moins un sourire qui n’est pas créer par une envie meurtrière –ce qui, en soit, est une première-, toujours anormalement large et malsain, mais légèrement plus doux… Je pense… Après tous je ne me vois pas, Hin Hin, mais je sens que mes zygomatiques me tire moins donc j’en déduis qu’il soit l’être…


D'habitude il y en a plus. Pourquoi ce coup-ci il y en avait que deux ?
J’sais pas… Ils étaient peut-être partie pisser, Hin Hin

A dire vrai je m’en moque pas mal de ces rebelles, ce ne sont rien de plus qu’un groupe de personne aimant à tuer, comme moi, au nom d’une soit disant cause, pas comme moi par contre… Les pulsions sanguinaires font partie de tout être, certains les refoules, d’autre les exauces en se cherchant des excuse « idéologiques » et d’autre encore, comme moi, se soulage pour le simple plaisir de se soulager, ne cherchant en rien à justifier un acte si naturel et pourtant si controversé…
Haussant les épaules quant à la question de ma nouvelle, et première, copine, je regardais celle-ci s’asseoir à même le sol –enfin, si on peut appeler ça à même le sol vu qu’elle flottait toujours quelques centimètre au-dessus de celui-ci, Hin Hin- et m’assit à ses côtés, sentant le vent frais de la nuit s’engouffrer sous mes vêtements et frôler ma peau tendre, gelée par le sang du rebelle coagulant doucement à même mon corps… Je frissonnais légèrement, mais plus par reflexe moteur que réel gêne, je m’en moquais pas mal, Hin Hin…


Et toi, tu viens d'où ?

Je regardais Takō, un sourire étirant à nouveau mes lèvres, amusé par cette question pourtant loin d’être drôle… Elle qui avait venté la mienne plus tôt dans la nuit, me la retournait maintenant sous une formulation plus adaptée à ma condition. Montrant un point au loin, une colline dont le sommet était parfois distinguable de l’archipel durant la journée, je ris doucement, me retournant vers la fantôme

Tu connais cette grande colline au village du vent ? Celle où se trouvait un grand labo plein de gens en blouse blanches ? Bin c’est de là-bas que je viens, Hin Hin

Oui, je dis bien où se trouvAIT le labo… Car j’y étais retourné après les catastrophes et, outre quelques cadavres pas très beaux à voir -des expériences pour la plupart, les scientifiques eux avaient eu le temps de fuir, mais les créatures qui comme moi, passait le plus clair de leur temps enfermé dans des cages, avaient été condamné à mourir écraser par l’éboulement- et des débris de matériel médical, il ne restait plus de cette ancienne prison que des briques couverte de poussières et d’eau stagnante…
Relevant doucement mon haut, dévoilant mon corps maigre et plein de cicatrices, je lui souris de plus belle


C’était marrant là-bas, t’avais le droit de te laver dans ton propre sang tellement ils le faisaient couler à flot, Hin Hin

Je riais, mais genre riais vraiment, entendant l’éco de mon rire emplir l’air froid d’une nuit se terminant doucement… Ce n’était pas vraiment drôle non, mais ce n’était pas triste non plus… C’était mon passé, une partie de ma vie, rien de plus et rien de moins… Même si certaines de ses marques se rouvrait quelque foi, je n’en ressentais plus aucune douleurs, souriant simplement au souvenir de ce lieu ayant muri mes fantasme sanguinaire et à mes journée passé à me noyer dans mon propre sang… Je pense qu’à choisir entre les moments d’intense ennuie seul dans ma cage, et ceux passé en salle de torture, le choix était vite fait, Hin Hin… Je préférais, et de loin, la salle de torture !

En parlant de se laver… J’crois que j’ferais bien d’y aller moi aussi…

Ces fringue, voilà plusieurs semaines qu’ils n’avaient pas connu un bon cours d’eau, et moi aussi… Non pas que la saleté m’importait, non, mais je préférerais éviter que mes attaque surprise soient esquiver simplement parce qu’il serait aisé de me détecter à l’odeur…

Tu viens ou tu préfères rester ici ?

Me levant d’un bon, légèrement alourdit par le poids du sang inondant mes fringues, je me dirigeais d’un pas sûr vers le point d’eau le plus proche. Forte heureusement, comme pour toute archipel qui se respecte, celui-ci n’était pas à plus de quelques minutes de marche, vars le fond du parc d’attraction…
Une fois arrivé à celui-ci je retirais l’intégralité de mes vêtements, dévoilant ainsi me corps fin et contusionné, le tatouage du labo bien présent sur l’intérieur de ma cuisse droite, avant de me jeter dans l’eau glacé, mes habits contre moi…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Lun 14 Avr - 22:13

     
Tu connais cette grande colline au village du vent ? Takō secoua la tête une première fois. Celle où se trouvait un grand labo plein de gens en blouse blanches ? Puis, une seconde fois. Bin c’est de là-bas que je viens, Hin Hin. Et enfin elle acquiesça.
Elle n'était jamais allé plus loin que les îles. Pourquoi faire d'ailleurs ? Il y avait ici tout ce qui convenait à une enfant de son âge. D'un laboratoire ? Elle ne comprit pas réellement ce qu'il voulait dire par là. L'atrocité du Cinq Flèches lui échappait totalement. Pour elle, ce n'était qu'un endroit où l'on mélangeait des produits chimiques colorés.

Calme, attentive, pensive, Takō était pour la première fois depuis longtemps... Sage. Elle n'avait pas envie de pester ou de pleurer. Si l'angoisse augmentait avec le point du jour, elle se sentait bien en compagnie de quelqu'un. Akira releva son haut, dévoilant de nombreuses marques. Takō tendit la main, faisant semblant de les effleurer mais ne dégageant qu'une sensation glacée et impalpable. Elle releva un regard vers le garçon. C'était la première fois qu'elle éprouvait réellement de l'empathie.

C’était marrant là-bas, t’avais le droit de te laver dans ton propre sang tellement ils le faisaient couler à flot, Hin Hin.

Pourquoi ?

Question idiote, question enfantine, question de petite fille. Pour elle, il n'y avait aucune raison de faire cela. Pas plus que sa mère n'avait de raisons de... Pourquoi. Ce monde était empli de ce mot et elle restait sans réponses. Coite face au rire d'Akira qu'elle n'arrivait pas à croire sincère.

En parlant de se laver… J’crois que j’ferais bien d’y aller moi aussi…
Non ! Part pas !
Elle suppliait. Sa voix se faisait paniquée, brisée. Elle tenta de lui attraper la manche, mais sans succès. Son visage prenait tous les traits de la plus profonde douleur.

Tu viens ou tu préfères rester ici ?
Mais tu pars pas, hein ?
Craintive, sentant le piège, imaginant, sentant déjà filer entre les doigts la seule personne qui pourrait l'avoir comprise. Takō le suivi, à contrecœur, et fut soulagée lorsqu'elle s'aperçut qu'il ne quitta pas le parc. Un sourire timide éclaira ses traits. Elle se pencha vers l'eau et tenta de la toucher, passant au travers sans en ressentir le contact qu'elle imaginait doux et agréable.
La fillette resta sur le bord, regardant silencieusement se baigner son compagnon. Le vent passait à côté d'elle sans la remarquer. Sous ses pieds passèrent deux fourmis, totalement ignorante de celle qu'ils traversaient. Le monde entier ignorait Takō. Elle était seule et c'était bien légitime si elle se décidait à s'agripper à la première personne qui semblait prendre soin d'elle.
Puis, soudain, elle ressentie le besoin de se confier. De raconter, elle aussi, un peu, son histoire. D'être à nouveau le centre d'attention, de ne plus être seule à porter cette sombre histoire. Ses lèvres s'entrouvrirent, puis elle vit Akira dans l'eau et se dit que ce n'était pas la peine de le déranger avec ça.
Cependant, la machine était déjà en marche et il était impossible de l'arrêter désormais. Cette histoire, la sienne, revint avec d'autant plus de force qu'elle avait été occultée de ses pensées durant tout ce temps. Le couteau, le sang, puis le visage horrifié de son frère au moment de ses derniers instant lui apparurent et elle poussa un cri strident, tombant à la renverse. Se roulant en boule, elle se mit à sangloter. Ses mains se crispaient et la panique la gagnait. A travers les sanglots, on pouvait entendre un souffle paniqué qui n'avait plus lieu d'être. Une de ses mains se plaqua contre sa gorge où une marque nette et rouge vif apparaissait... Cette cicatrice, la cause de son décès. Takō était morte égorgée.



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Mar 15 Avr - 17:26

     

J’avais volontairement omis de répondre à sa question, ne voyant véritablement pas quoi dire pour expliquer les raison ayant poussé ces scientifiques à faire ce qu’ils avaient fait… « Pourquoi » … Oui, pourquoi ? … Sûrement pour la même raison que celle me poussant moi aussi à attaquer des gens sans raison, ou peut-être pas… Peut-être qu’ils pouvaient tous simplement pas me piffrer, comme pas mal d’autre expérience avant et après moi… Peut-être aussi que ça les amusant, les faisaient se sentir en vie de voir ainsi que certaines personnes étaient là pour extériorisé leurs souffrances intérieures en en recevant des extérieur ? … Ou alors, plus vraisemblablement encore, peut-être était-ce tout simplement car pour eux je n’étais rien de plus qu’un jouet, sans aucune conscience ni aucune volonté propre, ne sentant pas plus la douleur qu’une table basse, et si vite remplaçable que si on le cassait par inadvertance ce n’était pas plus grave que ça… Tu nous sers, tu restes, tu ne nous sers plus, tant pis, tu finiras au rebu avec tous les autres cadavres, Hin Hin…
Sur ça au moins, ils n’avaient pas tords : Je n’avais que faire de leurs tortures, elles ne faisaient déjà plus mal passé la cinquième fois, et j’en était même venu à les chercher afin de tirer un peu d’attention, et d’avoir enfin le droit de gouter à la chaleur de ce liquide adoré –que dis-je : Adulé-
Mais tout ça, évidemment, je n’allais pas le dire à haute voix…
Non pas que j’avais honte de mes pensées ou de mes actes, je n’ai jamais eu aucun regrets, seulement que je n’en voyais pas l’intérêt…
Me levant finalement, prit d’un besoin soudain de nettoyer mon corps de toutes les souillures l’imprégnant depuis de nombreux jours déjà, je souri à une Takō semblant prendre peur de mon départ précipité, avant de lui demander si elle voulait m’accompagner ou si elle préférait rester ici


Mais tu pars pas, hein ?
Je vais juste me laver et je reviens, Hin Hin

Ou pas, à dire vrai j’en sais trop rien, je suis pas du genre à prévoir les choses trop à l’avance… Et quand je dis trop, dix secondes d’avance sur mes plans sont dix secondes de trop… Je suis sanguin, dans tous les sens, et je vis par pulsion, je déteste prévoir et aime à profiter de chaque instant, bon comme mauvais… M’enfin, pour une foi, je pouvais bien faire une exception… Pour la première personne qui me parlait depuis… depuis toujours, je crois, je pouvais bien lui consacrer un petit temps de ma vie, Hin Hin…
Une fois près du point d’eau le plus proche, la fantôme m’ayant finalement suivi derrière moi, je me dévêtue entièrement, nullement gêné par ma nudité malgré le fait que mon corps n’était pas des plus attirant : Maigre, à la limite du squelettique, sale et couvert de contusion ; et me plongeait dans l’eau avant d’avoir pris la peine de réfléchir à la température de celle-ci…
C’était gelé ! A tel point que je sentais mon sang se glacer dans mes veines et ralentir ma circulation alors que les quelque poils disposé ici et là sur mon corps (sur des surface que les marques de coup et autre coupure n’avaient pas encore usé jusqu’à la mort même de mes glandes sébacée) s’irisait dans une vaine tentative purement mécanique d’augmenter ma température corporelle…
Tant pis ! J’allais pas claquer pour si peu ! Si la vie m’avait bien appris un truc, c’était que mon corps était plus résistant qu’une mauvaise herbe, bien plus résistant ! Même si j’aurais la volonté de crever, j’suis pas sûr que ce connard serait prêt à me laisser m’en aller, Hin Hin…
Alors que j’en étais à frotter l’intégralité de mon corps de mes doigts fins, tentant désespérément de retirer tout ce sang de ma peau et de mes vêtements me servant maintenant d’éponge –jusqu’à la prochaine fois ou ceux-ci en serons trempé-, j’entendis un cri strident qui me fit sursauter violement et, instinctivement, menacer de mes faux la direction d’où il provenait…
C’était Takō, allongé sur le sol en position fœtal, qui sanglotait dans la fraicheur de l’aube… Ecarquillant les yeux pat la surprise –surprise de voir quelqu’un pleurer pour la première fois de ma vie- je rétractai finalement mes lames et m’approcha de la fillette d’un pas rapide, toujours nu comme un ver mais m’en fichant éperdument


Hey ! Ca va ?


Plus de rire, ni même de sourire, j’étais bien trop perdu pour ça… Pourquoi hurlait-elle ? Avait-elle eut mal ? Peur ? Quelle raison pouvait avoir quelqu’un pour faire sortir de l’eau de ses yeux ? J’en avais aucune idée, je n’avais pas le souvenir d’avoir déjà pleuré dans ma vie… Peut-être, sûrement même que si, mais ma mémoire l’avait alors occulté… Ce ne fut que quand le petit corps fantomatique de Takō, que je tentais vainement de tourner dans ma direction sans pour autant parvenir à la toucher, se tourna vers moi que je distingua ce trait rouge, légèrement irrégulier, maculant son cou… Un trait d’une netteté quasi parfaite, n’était pas sans rappeler les marques que laissaient mes faux sur la nuque de mes victimes avant leur décapitation complète… C’était une marque de lame, nul doute là-dessus, mais que faisait une telle marque sur un être incapable de sentir le moindre touché (Et ce n’était pas faute d’avoir déjà essayé plusieurs fois de décapité l’un ou l’autre des fantômes qui passaient à ma vu, croyez-moi…)

Petite ! Hey, petite ! Qu’est ce qu’il t’arrive ? Les fantômes peuvent faire des malaises aussi ?


J’étais totalement perdu et, comble de la bêtise, je venais de me rendre compte que je ne savais alors même pas comment appeler cette enfant avec qui j’avais pourtant projeté de passer la nuit… Non pas que c’était important, n’ayant moi-même aucune véritable identité à donner, mais j’aurais eu l’air moins con en l’appelant par son nom que comme ça…
Impuissant, il ne me restait plus qu’à attendre que sa crise passe, plus paniquer que je ne l’aurait cru à l’idée de voir une personne que je ne détestais pas –ou ne m’indifférait pas… Ou que… j’appréciais ?- mal en point devant moi…. Penché au-dessus d’elle, me moquant plus que jamais de ma totale nudité, j’attendais qu’elle se calme avant d’enfin pouvoir penser à agir… Déjà que j’aurais pas su quoi faire avec une personne mortelle, alors immatérielle…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Mar 15 Avr - 19:38

     
Hey ! Ça va ?

Perdue au centre d'une pièce sombre. Une grande maison dont le soleil couchant ne laissait entrevoir qu'une pâle clarté à travers les plis des rideaux. La salle de jeu, où traînaient encore certains jouets. Ses pieds, ne touchant plus terre du haut de ces escaliers. Cette chose froide, collée contre sa gorge, l'écrasant. La main crispée de sa maman, sur son épaule, dont les ongles se plantaient douloureusement dans la chair. En face d'elle, son grand-frère.

" Maman, lâche-la !! Maman !! "

Le regard de Takō dévia sur le couteau qui était collé contre sa peau. Elle n'en apercevait que le manche mais l'identifiait pourtant pour l'avoir longuement vu traîner sur la table de nuit de sa mère. N'y touche pas, avait dit un jour sa tante, tapant violemment sur les doigts de la jeune fille. Takō pleurait. Indigo était pâle et effrayé. Il courut vers sa sœur et Takō tendit les doigts vers lui pour l'agripper. A cet instant précis un éclair de douleur jamais égalé la transperça de part en part. Elle sentit son visage lentement glisser sur le côté et le sang s'étrangla dans sa gorge. Elle tomba à terre alors que sa vue se brouillait petit à petit. Dans sa chute, elle se retint à la robe de sa mère mais celle-ci poussa le corps d'un coup de pied. Il dévala les escaliers. Takō entendait son frère hurler si fort qu'elle pouvait l'entendre cette nuit encore.


Lorsqu'elle réussi à reprendre le contrôle d'elle-même, c'était pour voir le visage inquiet d'Akira. Par réflexe, elle s'agrippa à lui et le serra fort contre elle. Le contact se fit, la sensation vint, malheureusement au seul instant où elle était incapable de remarquer qu'elle était matérielle.
Elle le serra fort, sa respiration toujours haletante et ses pupilles dilatées. Elle sentait l'humidité glaciale s'emparer de sa gorge telle une griffe acérée. L'étreinte dura une dizaine de secondes, le temps que la nuit et l'eau imprègne ses pupilles et qu'elle sorte de ce cauchemar éveillé. Alors, seulement, elle remarqua qu'elle le touchait et recula vivement par réflexe.
Sa main se posa sur sa propre gorge, la traversant. Elle sursauta, regarda ses doigts, puis se releva enfin. Secouant la tête, pour remettre ses idées en place, elle se sentit idiote et rit amèrement. Elle essuya des larmes insensibles de ses yeux. Peu à peu son souffle agité se calma. Elle chancela et retomba finalement au sol, les fesses par terre. Progressivement, son opacité diminua de beaucoup et elle se trouva presque invisible.
Elle tendit à nouveau la main vers Akira, tentant de réitérer le touché de tout à l'heure mais sa main passa au travers. Takō afficha une moue déçue.

Ça ne marche plus... Dit-elle, tristement. Puis, elle hésita quelques secondes. Mais... Ça a marché, hein ? C'est la première fois que ça marche !
Un léger sourire apparut sur ses traits. Elle se frotta la gorge avant de remarquer qu'elle avait gagné en transparence. Elle leva un regard incrédule, interrogateur vers Akira. C'était aussi la première fois qu'elle était aussi transparente... Elle eut peur mais l'aube arrivant, les premiers rayons du soleil la distrurent de cette frousse. Quelques secondes passèrent où elle fut toute absorbée dans la contemplation du soleil levant, faisant même quelques pas en sa direction, puis elle se retourna vers son compagnon.

Mon grand-frère m'a dit qu'il y avait un pays où le soleil ne se couche jamais. T'en penses quoi ? Ça vaut le coup de le chercher ? Elle sourit.



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Mer 16 Avr - 18:16

     

Je me tenais toujours là, nu, penché au-dessus du petit corps recroquevillé de la fantôme quand enfin celle-ci repris conscience et, d’un mouvement rapide que je n’aurais pu prévoir même avec la meilleure volonté du monde, se jeta à mon cou…
Me sentant enserré, presque étouffer par la force de cette étreinte, je pris un certain moment à comprendre ce qui venait de se passé, et un encore plus gros à réaliser que je venais de sentir contre ma peau, la chaleur de celle d’un esprit… J’aurais pu m’écarter, attaquer cette femme m’ayant enlacé par surprise ou, plus justement encore, la serré un peu plus contre moi, mais là seule réaction que j’eu à cet instant précis fut… rien… J’étais paralysé par la surprise, stoppé net dans mon inquiétude par cette sensation d’un corps contre le mien, contre ma peau trempée et pleine de cicatrice, entièrement offerte à la vue du monde…
Personne ne m’avait jamais pris dans ses bras, et je n’aurais jamais laissé personne le faire quand bien même quelqu’un aurait, pour une raison des plus suicidaires, voulu essayer… C’était une drôle de sensation, pas désagréablement, mais pas vraiment agréable non plus… Ou alors, j’étais bien trop déstabilisé dans mes habitudes dominatrices pour profiter de ce moment de tendresse imprévu…
Alors que le temps semblait avoir stoppé à l’instant ou Takō avait passé ses bras autours de mon corps nu, et m’avait attiré à elle avec force, il semblait maintenant passé à toute vitesse, me détachant de l’étreinte de mon amie immatérielle… Ce n’est qu’à ce moment-là que je sentis réellement le vent glacée dresser quelques poils sur mon épiderme et que je me rendis compte que, en plus de ressentir un léger manque dont je ne parvenais alors pas à connaitre l’origine, ce contact entre un mort et un vivant n’aurait jamais dû se créer…
Mais je n’eus pas le temps de prononcer le moindre mot que Takō me devança…



Ça ne marche plus... Mais... Ça a marché, hein ? C'est la première fois que ça marche !
Ça a marché, oui… Hin Hin…

Une fois le choque d’un tel contact passé, voilà que le naturel revenait au galop ! Souriant de toute mes dents à l’enfant, j’hochais la tête à trois reprise, comme pour lui assurer que le contact physique que nous venions d’avoir n’était pas le fruit de son imagination…
Quelque secondes passèrent et, alors qu’un Takō légèrement plus transparente qu’à l’accoutumé contemplait le lever du soleil, je retournais dans le cours d’eau afin de terminer ma toilette interrompu en pleine milieu, Hin Hin


Mon grand-frère m'a dit qu'il y avait un pays où le soleil ne se couche jamais. T'en penses quoi ? Ça vaut le coup de le chercher ?


Me frottant vigoureusement le visage –soit la partie de mon corps la plus imprégné de sang- j’haussais quelque peu les épaules, regardant mon amie à travers mes doigts trempés…

Si un tel pays existait vraiment, il ne m’intéresserait pas… Je trouve que la nuit est bien plus amusante que le jour, Hin Hin, et que l’alternation entre ces deux états est encore plus amusant que la nuit en elle-même !


Tout en disant ces mots, j’avais fini ma toilette et je m’affairais maintenant à essorer les seuls vêtements que j’avais apporté avec moi dans l’espoir de les remettre encore le temps d’aller en voler de nouveau… J’aimais mieux la nuit, c’est vrai, il était plus facile d’attaquer par surprise quand tu n’étais pas visible depuis l’autre bout de la rue… Puis quand bien même les espèces nyctalopes auraient pu être gênantes, elles étaient quand même en moins grandes quantité que celles diurnes

Au faite, tu t’appelles comment, Hin Hin ? … Moi c’est Akira !


Enfin, c’est comme ça que j’avais décidé de m’appeler il y’a déjà un bon nombre d’année maintenant… Décidemment "Expérience HM génome 46" n’était pas le nom le plus passe partout…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1377

Feuille de personnage
Puissance:
25/100  (25/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Shinigami
Takō Mare
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Jeu 17 Avr - 7:22

     
Si un tel pays existait vraiment, il ne m’intéresserait pas… Je trouve que la nuit est bien plus amusante que le jour, Hin Hin, et que l’alternation entre ces deux états est encore plus amusant que la nuit en elle-même !

Takō eut une moue attristée. La recherche de but venait bien d'échouer. Elle leva les yeux au ciel et chercha autre chose.
Au loin, il lui sembla entendre un bruit de clochette.

Au fait, tu t’appelles comment, Hin Hin ? … Moi c’est Akira !

Le bruit de clochette devint plus fort. Takō se retourna machinalement vers la source du bruit. Cela provenait de l'île voisine. Tout un assemblage de caravanes et de roulottes étaient en train de venir vers le parc d'attraction, profitant d'un passage à gué reliant ces deux îlots. Takō pencha la tête sur le côté, remarquant rapidement que les personnes accompagnant les roulottes n'étaient pas normaux.
Elle se retourna vers son ami, cherchant en vain à lui empoigner la main.

J'm'appelle Takō ! Viens, on va voir ce que c'est !

On pouvait distinguer un Traqueur ouvrant la marche. Ce n'était pas le plus grand de l'assemblée mais une personne momifiée sous les bandages... Ça ne trompe pas. Takō, qui n'avait pourtant jamais vu de Traqueurs, ajouta cela à la suite des choses intrigantes que le son de clochettes accompagnant le cortège évoquaient. Elle eut un rire enfantin et se précipita vers eux. Puis elle s'approchait, plus sa consistance semblait se faire absorber par la lumière du jour. Mais cela, elle ne le remarqua même pas. Volant d'un endroit à l'autre de cette impressionnante suite, elle en profita pour observer les différents escorteurs. Il y avait un homme qui devait bien mesurer dans les trois mètres ! Le bas de sa bouche avait été caché sous un masque et, passant la tête au travers, Takō constata que c'était parce qu'il lui manquait tout bonnement le bas de la mâchoire ! Il y en avait un, vers l'arrière, qui lui fit drôlement penser à Akira. Sauf qu'à la place d'avoir deux mains en lames, lui avait six bras tous composés d'épées tranchantes. La jeune fille remarqua bien vite qu'il y avait des cages à l'intérieur des roulottes. Elle jeta un coup d’œil à l'intérieur, émerveillée, puis quand elle vit ce qu'il s'y trouvait, son sourire retomba, prenant un air bien plus sombre.

Qu'est-ce que c'est que ce...

Dans l'intérieur de cette roulotte, un nécromancien enchaîné dont les cheveux cours et noirs, les yeux de la même couleur et la peau satiné, musclée, lui semblaient presque familier l'appela.

Hé ! La fantôme ! Viens voir par là !

Takō chercha Akira du regard. Elle s'était trop éloignée du parc pour l'apercevoir cependant.

Aki... Y'a un truc bizarre ici ! ...Je crois qu'il me voit.
Son regard replongea dans celui déterminé du nécromancien. Quelque chose à son approche lui faisait se sentir étrangement bizarre. C'était non seulement la première fois qu'elle tombait sur un nécromancien, mais en plus sur un nécromancien qui l'appelait !



The light in those eyes keeps fading out
The night's falling deeper in the heart
Hiding the truth and crashing down
This baby's a dancer in the dark
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kuulti : 1374

Feuille de personnage
Puissance:
20/100  (20/100)
Pouvoir/s:
Inventaire:
avatar
Expérience
Akira Reikoku
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   Ven 18 Avr - 19:27

     

Alors que j'venais tout juste de me présenter à la fantôme -une première pour moi qui n'avait encore jamais eu l'occasion de me présenter à qui que ce soit, ou plutôt n'avais jamais cherché à le faire, Hin Hin- je vis que celle-ci tourna sa tête vers l'autre côté du parc et, alors qu'elle me répondait enfin, mon regard suivit le sien et figea mon sourire sur mon visage

J'm'appelle Takō ! Viens, on va voir ce que c'est !


Je ne remarquais même pas sa main cherchant à attraper la mienne, trop obnubilé que j'étais par ce qui se déroulait sous mes yeux, à seulement quelques mètres de nous... Tout un cortège d'être difformes, transporté ou non à l'intérieur de roulotte plus ou moins flashes, le tout escorté par une bande de traqueurs... Impossible de ne pas les reconnaitre, même pour moi qui n'en avais plus vu depuis une pelletée d'année maintenant, leur silhouette élancée et emmitouflée de bandelettes blanches était des plus reconnaissable !
Qu'est-ce que foutaient là ces créatures de malheur ? La dernière fois que j'en avais vu de leurs espèces, je me trouvais à l'intérieur d'une cage, les veines pleine de différentes substances plus ou moins douloureuses, tantôt excitantes tantôt tranquillisantes... Qu'est-ce qu'ils foutaient là ? Pourquoi venaient-ils le seul jour où je n'avais pas envie de voir qui que ce soit ?
En temps normal je serais partie en riant, mais aujourd'hui je me sentais étrangement mal de devoir quitter Takō sans explication, et je n'avais franchement pas le temps de lui en donné si j'avais réellement toujours la trace sur moi...
Cette trace servant à nous retrouver, moi et les autres expériences, dont j'ai appris l'existence lors de mon séjour là-bas -L'avantage quand on ne te considère pas comme un être vivant, c'est que tu peux entendre la conversation des gens sans qu'ils ne s'en offusquent car ils parlent devant toi- je devais toujours l'avoir sur moi, même si mon corps mutilé ne semblait en rien contenir une puce quelconque...
En vue de la dégaine des êtres qui suivaient le cortège, nul doute qu'ils venaient eux aussi du labo. J'étais ptêtre con mais pas au point de ne pas reconnaitre un corps mutilé par d'atroces traitements !
Le laboratoire était pourtant détruit ! Qu'est-ce que ces êtres faisaient ici ? Je ne les avais pas revu durant des années, alors pourquoi maintenant? ...
Il fallait que je parte avant qu'ils ne me repèrent ! Désolé Takō, je reviendrais te voir bientôt, j'te le promets !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Personnification (PV)   

     
Revenir en haut Aller en bas
 

Personnification (PV)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Personnification des villages
» Gozen XYZ (vous constaterez assez vite en entrant sur ma fiche que le codage me hait)
» Personnification du sommeil, maître des hommes et des dieux ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ajasuu :: Archipel de L'Eau :: Parc d'attraction ravagé-